Un «vaisseau spatial» pour le circuit

Le 15 décembre 2018 à Dariya (Arabie saoudite) entrera en vigueur un nouveau mode de décompte du temps dans le Championnat ABB FIA de Formule E: grâce à l’autonomie accrue des voitures, pour la première fois les pilotes se lanceront dans la course avec un seul bolide. Aujourd’hui, Audi présente sa voiture récemment développée Audi e-tron FE05, à bord de laquelle Daniel Abt et Lucas di Grassi lutteront à nouveau pour le titre.

Lucas di Grassi (à gauche) et Daniel Abt devant l’Audi e-tron FE05. (AUDI)
Lucas di Grassi (à gauche) et Daniel Abt devant l’Audi e-tron FE05. (AUDI)

À ce jour, il s’agit de la plus grande nouveauté dans la Formule E: pour la première fois depuis la fondation de la série en 2014, à partir de la nouvelle saison 2018/2019 les pilotes ne disposeront plus que d’une seule voiture par épreuve. Le changement obligatoire de voiture pendant la course n’aura plus lieu, car la capacité des batteries suffit désormais pour couvrir la totalité de la distance pendant les 45 minutes de l’épreuve. Preuve que le sport automobile – et avant tout la Formule E – est un véritable moteur d’innovations et de technologies.

Avec son Audi e-tron FE05, Audi s’est préparé méticuleusement aux nouveaux défis techniques et stratégiques. Notamment au niveau du cœur de l’Audi e-tron FE05: sa chaîne cinématique. Un ensemble composé du moteur, de l’inverseur, de la boîte de vitesses, d’éléments du châssis de l’essieu arrière et du logiciel correspondant. Tandis que le reste du véhicule est identique pour toutes les écuries, les constructeurs mettent à l’épreuve leur compétence technique au niveau de la motorisation. Dès la quatrième saison de la série d’épreuves électriques, couronnée à New York par la victoire d’Audi Sport ABT Schaeffler, l’Audi e-tron FE04 a été souvent la voiture la plus efficiente. Le modèle à succès est à présent remplacé par son évolution.

Daniel Abt au volant de l’Audi e-tron FE05 pour des essais. (AUDI)
Daniel Abt au volant de l’Audi e-tron FE05 pour des essais. (AUDI)

La Motor Generator Unit baptisée Audi Schaeffler MGU03 est le fruit du développement commun d’Audi et de son partenaire technologique Schaeffler. Les ingénieurs ont notamment veillé à optimiser encore le rendement et le degré d’efficacité de l’ensemble. «Nous avons conservé le concept de base à une vitesse et simultanément développé tous les éléments dans le détail avant de les refabriquer», indique Tristan Summerscale, responsable de projet Formule E chez Audi. 95 % des éléments de la chaîne cinématique sont nouveaux, et les ingénieurs sont parvenus à réduire leur poids de 10 %.

Dès le milieu de l’année 2017, c’est-à-dire avant le coup d’envoi de la quatrième saison, Summerscale et son équipe entamaient déjà le développement de l’Audi e-tron FE05. Fin juillet 2018, la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) homologuait le véhicule. Maintenant, aucune modification n’est autorisée sauf sur le logiciel, que les développeurs peuvent améliorer encore en cours de saison. Mi-octobre, des essais en commun seront réalisés avec toutes les écuries à Valence (Espagne), puis les bolides et les équipements prendront le départ pour l’Arabie saoudite.

Lucas di Grassi aux essais. (AUDI)
Lucas di Grassi aux essais. (AUDI)

Pour la cinquième saison de Formule E, en qualification la puissance du moteur ne pourra pas dépasser 250 kW (340 ch). Et en course, la puissance sera limitée à 200 kW (272 ch). Autre nouveauté, les dénommées «zones d’activation»: dès que le pilote franchira ces zones, la puissance de sa voiture passera un court instant à 225 kW (306 ch). Lors de cette nouvelle saison, les fans de Formule E pourront à nouveau aider leur pilote favori en votant en ligne: grâce au «FanBoost», ils pourront ainsi leur offrir un surcroît de puissance temporaire allant jusqu’à 250 kW (340 ch).

Audi Sport ABT Schaeffler a dévoilé la prochaine génération du sport automobile électrique à travers cette vidéo.

Toutes les écuries de Formule E tirent l’énergie de leurs bolides d’une batterie identique de 374 kg fabriquée par McLaren. Cette batterie lithium-ion se situe entre le siège du pilote et la chaîne cinématique, possède une capacité de 52 kWh et se recharge en 45 minutes. Un tout nouveau développement marquera cette cinquième saison: le système brake-by-wire. L’actionnement des freins et sa transmission à l’essieu arrière sont découplés et régulés par un module électronique. Cela permet d’optimiser la répartition de la force de freinage à tout moment et de rendre la récupération encore plus efficace.

L’arrière de l’Audi e-tron FE05. Pour les fans, la nouvelle voiture ressemble à un «vaisseau spatial» ou rappelle la «Batmobile». (AUDI)
L’arrière de l’Audi e-tron FE05. Pour les fans, la nouvelle voiture ressemble à un «vaisseau spatial» ou rappelle la «Batmobile». (AUDI)

Comme en Formule 1, le pilote est installé dans une monocoque en fibre de carbone développée suivant les normes de sécurité de la FIA. Les structures d’absorption de l’énergie en cas de crash avant, arrière et latéral, offrent un maximum de sécurité. De plus – comme en Formule 1 – le «halo» fixé sur le cockpit protège la tête du pilote. Le poids minimum d’une Formule E est de 900 kg (pilote inclus). Le bolide électrique accélère de 0 à 100 km/h en 3,1 secondes. Sa vitesse maximale est d’environ 240 km/h.

Lucas di Grassi au volant du véhicule. Facile à identifier: l’arceau «halo» situé au-dessus du cockpit. (AUDI)
Lucas di Grassi au volant du véhicule. Facile à identifier: l’arceau «halo» situé au-dessus du cockpit. (AUDI)

Tout le monde l’aura remarqué: la nouvelle génération de l’Audi e-tron FE05 est dépourvue d’aileron arrière – un fait unique dans le sport automobile. L’appui aérodynamique sera assuré par le grand diffuseur implanté à l’arrière du véhicule. «Batmobile», «Star Wars» ou «vaisseau spatial»: après les premiers essais, l’aspect futuriste du véhicule a inspiré toute une série de qualificatifs auprès des fans et des médias. «Quand je me faufile entre les autres voitures sur le circuit, j’ai l’impression de me retrouver dans un film de science-fiction», affirme Daniel Abt. «Par rapport au modèle précédent, cette nouvelle voiture a un look nettement plus agressif.»

Lucas di Grassi sur la piste d’essais. (AUDI)
Lucas di Grassi sur la piste d’essais. (AUDI)

À l’agenda de la cinquième saison de la série d’épreuves électriques: 13 courses dans 12 métropoles. Entre la première épreuve de Dariya et les deux courses finales qui se disputeront à New York mi-juillet 2019, le championnat fera étape notamment à Marrakech (Maroc), Mexico (Mexique), Hong Kong (Chine), Rome (Italie), Paris (France), Monaco et Berlin (Allemagne). Chaque course durera 45 minutes plus un tour et se disputera majoritairement sur des circuits urbains temporaires.

Daniel Abt au volant de l’Audi e-tron FE05. (AUDI)
Daniel Abt au volant de l’Audi e-tron FE05. (AUDI)

Autre première pour la saison 2018/2019: outre l’écurie d’usine Audi, les pilotes de l’écurie britannique Virgin Racing piloteront aussi une Audi e-tron FE05. Ce partenariat est une autre nouveauté de la cinquième saison qui, moyennant une concurrence saine entre les deux écuries, aura aussi pour vocation d’améliorer en continu le niveau de performance.

L’écurie Audi Sport ABT Schaeffler est membre fondateur de la Formule E et dans la course depuis la première épreuve avec ses pilotes Daniel Abt et Lucas di Grassi. Lors de la troisième saison (2016/2017), le Brésilien s’est adjugé le titre des pilotes. Au terme de la saison 2017/2018, di Grassi et Abt ont terminé respectivement aux deuxième et cinquième place.

e-tron News

Technique, société, mobilité: restez à la page dans les domaines qui marqueront la mobilité du futur.